Franco-américain, Richard est le fondateur et directeur de la station de recherche des îles Mingan, fondée en 1979. Chaque été au Canada, son équipe de chercheurs accompagne nos voyages Grand Nord Grand Large à la rencontre des baleines.

©Corinne Galvez -Richard Sears, Biologiste spécialiste des baleines

En quoi consiste votre travail au quotidien ?

Chaque jour où nous pouvons aller en mer; nous collectons des photos et des données de biopsie, qui sont les bases de nos études à long terme sur les baleines et nous permettent d’enrichir « notre catalogue d’individus observés ». Nous collectons également des données sur leurs comportements, comme par exemple leur façon de se nourrir et leurs interactions sociales. Nous plaçons des marqueurs satellites pour suivre certains individus sur de des grandes distances et de longues périodes. C’est fascinant de savoir ce qu’ils font sous l’eau, comment ils se déplacent, en combien de temps. Comme une vision 3D de leurs mouvements dans la colonne d’eau. Nous observons également les conditions météo ou la présence d’oiseaux, pour avoir des données quotidiennes précises, ce qui est vraiment vital pour nos recherches.

Combien y a-t-il d’espèces dans le Saint-Laurent et peut-on toutes les observer ?

Certaines sont plus communes que d’autres, mais on compte 12 espèces dans le fleuve. Vous êtes au bon endroit pour l’observation 🙂

© Marc Loiselle / Le Québec Maritime - Au large du Cap Gaspé - Parc National de Canada Forillon - Canada

Qu’est ce que la « rumba des baleines » ?

C’est le petit nom que nous donnons à l’interaction entre les baleines bleues, lorsque deux mâles ou plus se lancent dans la compétition pour séduire une femelle, en se rapprochant au plus près d’elle. Ces derniers font la course côte à côte presque à la surface. Le contact entre les mâles peut être violent. Pendant 30 à 40 minutes, le combat bat son plein, il y en a dans tous les sens ! C’est vraiment un moment grandiose, notamment au moment où les males fendent la surface à toute vitesse, d’autant plus impressionnant compte tenu de leur taille. Au-delà du côté spectaculaire, les rumbas nous apprennent énormément sur le comportement des baleines.

© MICS - Golfe du Saint-Laurent – Québec

En près de 40 ans de recherche, quels ont été les changements majeurs dans le comportement des cétacés ?

Il me faudrait plusieurs semaines pour répondre à cette question, tant les changements sont immenses ! Il y a eu une augmentation du nombre de baleines à bosse et un déclin des baleines bleues observées à Mingan. Au milieu de l’été, on a constaté un déplacement massif des baleines vers le nord, probablement dû aux changements climatiques qui entraînent la migration du krill dont elles se nourrissent. Les arrivées précoces de baleines dues au réchauffement des eaux ont également été observées.

Baleine au large de l'île Pico - Açores - Portugal

Partagez cet article...