Le blog de glace – Grand Nord Grand Large

Plus de 30 ans d'aventures polaires

20Nov. 2017

Nuancier de l’Islande en automne

Nous avons tant en tête les images de l’Islande en hiver, recouverte d’une neige immaculée, ou bien en été, tapissée d’un lichen vert éclatant. Pourtant l’automne révèle bien d’autres nuances. Du bleu à l’ocre en passant par le noir, voici une sélection des carnations de cette île tout au long de l’arrière-saison.

Bleu

Comme les icebergs qui viennent s’échouer sur la plage près de Jökulsarlón.

© Victor Labarre - Islande - Jökulsarlón

 

Rouille

Comme la végétation traversée lors d’une randonnée dans le parc de Skaftafell.

© Victor Labarre - Islande en automne - parc de Skaftafell

Vert

Comme la mousse qui recouvre les parois de lave de la chute de Gjlufurafoss, accessible en suivant le lit d’une rivière sur quelques mètres pour découvrir cet endroit caché.

© Victor Labarre - Islande - Gjlufurafoss

 

Orange

Comme ces buissons qui recouvrent la chute de Hraunfossar, où l’eau passe au travers de la lave.

© Victor Labarre - Islande en automne - chute de Hraunfossar

Noir

Comme les orgues basaltiques qui entourent la chute de Svartifoss.

© Victor Labarre - Islande - chute de Svartifoss

Or

Comme les buissons qui entourent cette même chute de Svartifoss, lorsque nous la surplombons depuis le chemin.

© Victor Labarre - Islande en automne - chute de Svartifoss

 

Gris

Comme la couleur de la vapeur s’échappant du geyser Strokkur… Et parfois la couleur du ciel islandais.

© Victor Labarre - Islande - geyser Strokku

 

Ocre rouge

Comme la couleur de la zone géothermique située sur la péninsule de Reykjanes, à quelques kilomètres seulement de l’aéroport.

© Victor Labarre - Islande - péninsule de Reykjanes

Blanc

Comme l’écume de la chute de Gulfoss, impressionnante par son débit.

© Victor Labarre - Islande - chute de Gulfoss

 

Vert amande

Comme lors de cette randonnée en direction de l’une des langues glaciaires du Vatnajökull.

© Victor Labarre - Islande - langues glaciaires du Vatnajokull

 

14Nov. 2017

Arrivée de l’hiver au Groenland

Pierre Auzias, français vivant à Uummannaq, nous raconte de façon très poétique l’arrivée de l’hiver au Groenland.

« Nous plongeons désormais dans les  « temps sombres ». Ainsi les Groenlandais nomment la nuit polaire. Le soleil s’est retiré le 9 novembre dernier derrière les hauts massifs montagneux de la péninsule de Nussuaq. Il ne réapparaîtra que le 4 février prochain. La lumière bascule quotidiennement vers le sud-ouest et dans un mois il fera nuit noire.

Déjà les narvals ont été vus sous nos maisons en fin de semaine dernière. Cela devrait également signifier que la banquise sera là un peu plus tôt que d’ habitude. L’escale des oies canadiennes, rentrant sur l’Europe, à la mi-août, a aussi été observée avec un bon mois d’avance sur les temps affichés les années précédentes.

Les précipitations de neige furent quotidiennes ces trois dernières semaines. L’hiver est là et le poêle à pétrole ronronne rendant la maison douillette.

Dehors, les chiens ont abandonné la station assise pour dormir, roulé en boule le museau sous les pattes. Leur mue à peine terminée, il s’agit de bien les engraisser en vue des premières sorties d’entraînement. Des enfants impatients ont accroché à la fenêtre de leur chambre les étoiles et autres guirlandes électriques multicolores devançant l’appel du premier dimanche de l’Avent. Nous ne sommes pourtant qu’au début de novembre ! »

  • Retrouvez toute l’ambiance du Groenland à travers nos voyages.

18Oct. 2017

Deux régions pour pratiquer le chien de traîneau en Arctique

Le traîneau est le mode de locomotion traditionnel des Inuit et les chiens font partie intégrante de leur mode de vie. En meute, les chiens apprennent dès le plus jeune âge à tirer un traîneau et son équipage pendant de longues durées. Une activité, auparavant purement fonctionnelle, qui devient de plus en plus populaire parmi les amateurs de nature et de grands espaces.

Deux de nos spécialistes vous font découvrir ce sport d’hiver fascinant, dans leurs régions de prédilection ; Nathalie en Scandinavie, Irina au Groenland. A travers leur regard et leurs conseils de pro, découvrez ce qui fait la singularité de cette pratique dans chacune de ces contrées polaires. 

  • Quelle est la meilleure période pour faire du traîneau en Suède / au Groenland ? 

Nathalie : Les voyages traîneau en Suède commencent à partir de la mi-décembre jusqu’en avril. Les premières neiges arrivent généralement vers novembre/décembre et les conditions sont idéales à partir de janvier ou l’on profite également des lumières envoûtantes de la nuit polaire.

Irina : La meilleure période au Groenland s’étend de mi-février au mois d’avril,  parfois jusqu’à mai dans le nord du Groenland. Pour des petites sorties (de 2 heures à 2 jours maximum), on peut commencer à partir de novembre.

 Traîneau à chiens - Laponie - Suède - ©Alexandre Lamoureux

Lire la suite…

11Oct. 2017

Norvège : observer les baleines avec Olivier Pitras

Skipper depuis l’âge de 19 ans, Olivier Pitras sillonne la planète à la voile depuis une vingtaine d’années. Tour à tour en Patagonie, Terre de Feu, Alaska, Canada, Sibérie, Groenland, il est désormais établi sur la côte sauvage du Troms au nord de la Norvège. Chaque hiver, il accompagne les croisières Grand Nord Grand Large à la rencontre des baleines.

(c) Asgeir Helgestad/Visitnorway.com

Lire la suite…

27Sep. 2017

Nouvelle édition du guide sur le Spitzberg de Grand Nord Grand Large

Après une soirée d’exception dédiée au Spitzberg ce mardi 26 septembre dans notre agence de Paris, en présence de Gérard Bodineau, Marie Foucard et Dominique Albouy, nous souhaitions revenir sur la sortie de la 5ème édition d’un des guides de référence sur cette région reculée du monde.

Un guide refondu et plus complet

Le guide évolue avec cette cinquième édition. Une nouvelle maquette, plus aérée et moderne, des informations actualisées et surtout des chapitres complètements revus. L´histoire a été réécrite en collaboration avec Marie Foucard, la flore a été complétée par la description d’espèces plus représentatives, les informations pratiques ont été regroupées dans une partie « Voyager et vivre au Svalbard » avec la collaboration de Dominique Albouy, la description des sites a été largement étoffée pour inclure plus de 50 sites parmi les plus visités.

Le Spitzberg, couronne arctique de la Norvège

Le guide se focalise sur 6 sites :

  • La région centrale, qui s’étend autour de l’Isfjord, et de ses différents bras donnant accès à de nombreuses baies, glaciers en pente douce et vallées. C’est la région la plus facile d’accès. Elle est traversée par de grandes vallées libres de glaciers. On peut y pratiquer de multiples activités : ski de fond, motoneige et traîneaux à chiens au printemps, randonnée pendant l’été.  On y trouve également la plus grosse concentration de rennes de tout l’archipel du Svalbard.

Renne - Spitzberg - Norvège - ©Christophe Vanquathem

Expédition en kayak dans l'Isfjord - Spitzberg - ©Gwen Masson Schaeffer

Templefjord - Spitzberg - Norvège - ©Annick Terrier

 

  • Le sud du Spitzberg, région peu visitée et peu connue. Elle arbore un paysage montagneux aux altitudes moyennes : peu de sommets dépassent les 1000 mètres, hormis le Hornsundtind qui culmine à 1431 mètres. Les montagnes sont entrecoupées de glaciers dus au climat froid et humide. En effet, le courant du Spitzberg Est apporte de l’eau froide et de la banquise jusqu’à très tard dans l’année, parfois même jusqu’à l’été.

Montagnes - Spitzberg - Norvège - ©Latitude Blanche

 

  • Le nord-ouest du Spitzberg, délimité par le grand Austfjord à l’est et l’Isfjord au sud. Elle comprend l’Avant-terre du Prince Charles, une île tout en longueur composée presque essentiellement de montagnes, et une partie « continentale » que l’on peut découper en deux zones géologiques et climatiques différentes. L’ouest présente un relief alpin et beaucoup de glaciers, l’est est connue comme la zone la plus sèche de l’archipel, sans glaciers et au relief accidenté.

Glacier géant de Von Post - Spitzberg - Norvège - ©Annick Terrier

Le Plancius dans la baie du 14 juillet dans l'Archipel du Spitzberg - ©Christophe Migeon

Le Plancius dans la baie du 14 juillet dans l’Archipel du Spitzberg 

 

  • Le nord-est du Spitzberg, dans la partie orientale de l’île, moins fréquentée, moins étudiée et donc moins cartographiée. Les informations nautiques sont à ce jour incomplètes à ce sujet par manque de relevés. C’est la zone la plus englacée du Spitzberg, l’accès y est très difficile.

Ski à pulka au Spitzberg - Norvège - ©Joël Le Coz

 

  • Les îles du Nord et de l’Est, appartenant toutes à l’un des trois réserves naturelles de l’est de l’archipel du Svalbard.

Morse - Spitzberg - Norvège - ©Yann Lemoine

Phoque - Spitzberg - Norvège - ©Christophe Vanquathem

 

  • L’île aux Ours, île aride, la plus méridionale de l’archipel du Svalbard, est située à mi-chemin entre le Cap Nord en Norvège et le Spitzberg. Elle ne se laisse deviner que rarement, la plupart du temps entourée d’un épais brouillard. Ce brouillard est causé par sa position, entre les masses d’eau froide venues du pôle et celles, plus chaudes, venues de l’Atlantique par l’ouest. L’île est parfois prise dans les glaces de la banquise hivernale et reçoit ainsi la visite d’ours polaires. L’explorateur Willem Barents, qui a donné son nom à l’île, a pourtant eu de la chance de tomber sur des ours car le reste de l’année, leurs visites sur l’île se font de plus en plus rares !

Spitzberg - Norvège - ©Christophe Vanquathem

 

Vous trouverez également des chapitres sur l’histoire, le climat, la géographie, la faune et la flore du Spitzberg d’aujourd’hui, ainsi que des conseils pour voyager et vivre au Svalbard.

Petite surprise : chaque exemplaire du guide est dédicacé par l’explorateur Jean-Louis Etienne !

Quelques mots sur l’auteur

Gérard Bodineau est spécialiste des régions polaires. Il découvre le Spitzberg en 1986 et se passionne pour l’Arctique, allant jusqu’à conduire des expéditions Grand Nord Grand Large. Depuis 2004, il travaille comme guide et chef d’expédition dans différentes régions : Spitzberg, Groenland, Géorgie du Sud et Péninsule Antarctique.

 

Où trouver le guide ?

Sur le site de notre librairie en ligne ! Vous y trouverez également plusieurs autres guides Grand Nord Grand Large sur le Groenland ou encore l’Antarctique et les terres australes, élaborés avec soin par nos équipes.

04Août. 2017

Suivi d’expé 2017 : le Spitzberg avec Erik Orsenna

Au Spitzberg avec Erik Orsenna

Attention au départ ! C’est avec excitation que les passagers de la croisière Tour du Spitzberg et île Blanche embarquent pour 10 jours au pays des montagnes pointues, des glaciers et des ours polaires. Accompagnés d’un invité d’honneur, l’écrivain et académicien Erik Orsenna, ils nous font le récit, jour après jour, de leur odyssée.

Lire la suite…

28Juil. 2017

Charte pour un tourisme responsable en Islande

© Jessica_Jonglez_Islande - Landmannalaugar

Nous vous parlons donc aujourd’hui d’une charte pour un tourisme responsable, mise en place par les Islandais et que vous pouvez signer sur Internet avant votre départ. Nous n’avons aucun doute sur le fait que vous respectiez déjà ces règles en Islande ou ailleurs, mais comme toute bonne consigne, un rappel ne fait jamais de mal (et évite les problèmes avec les trolls, elfes, et autres créatures islandaises).

Le tourisme en Islande

L’Islande, pays de glace et de feu, est un pays de superlatifs. C’est également l’un des rares pays au monde à avoir un accès gratuit à la plupart de ses sites exceptionnels, des chutes d’eau aux volcans, en passant par les glaciers.

Terre volcanique, rude en été comme en hiver, sa population s’est regroupée petit à petit autour de la capitale Reykjavík, depuis le 17e siècle. Le secteur de la pêche, fut pendant des décennies l’acteur majeur du développement économique en Islande. Depuis quelques années, c’est le secteur du tourisme qui tient la dragée haute, et qui a détrôné la pêche. Depuis, les Islandais s’organisent pour que l’activité touristique ait un impact minimum sur le pays, et que pour les futures décennies, très peu de changements soient visibles sur les sites naturels.

Lire la suite…

21Juil. 2017

Finlande : comment observer la faune sauvage ?

Lorsque l’on évoque la Finlande, des images de paysages enneigés, d’aurores boréales et de froid polaire viennent généralement à l’esprit. Mais saviez-vous que ce pays, avec ses immensités sauvages, est également un paradis pour l’observation des animaux ? A seulement quelques heures de Paris, Grand Nord Grand Large vous emmène découvrir l’exceptionnelle faune finlandaise.

Elan dans la forêt finlandaise

Lire la suite…

10Juil. 2017

Dans la maison du Commandant Charcot

Maison Charcot

C’est maintenant une tradition : chaque année, Grand Nord Grand Large réunit les chanceux en partance pour le Spitzberg dans un lieu très particulier : la maison Charcot à Neuilly. Une première étape avant de partir sur les traces de l’explorateur cet été à bord du Plancius, mais aussi l’occasion d’évoquer avec l’équipe tous les aspects de la croisière à venir.

Lire la suite…

03Juil. 2017

Six expériences à vivre au Québec

© Sepaq / Luc Rousseau - Fjord à Saguenay-Lac-Saint-Jean - Parc national du Saguenay - Québec - Canada

De l’observation des baleines à la descente de rivière en canoë, nous vous avons trouvé six expériences à vivre absolument lors d’un voyage au Québec.

 

1/ Faire une descente de rivière en canoë

Il y a de nombreuses rivières au Québec où l’on peut naviguer sur une ou plusieurs journées. Dans un parc national où vous alternez randonnées à pied et balades en canoë, ou déposés en pleine nature pour descendre une rivière sur plusieurs jours avec chaque soir un bivouac et un repas au feu de bois… une belle aventure vous attend.

© Bperso Conseil Québec - Ile Matakan - Manawan - Québec

Lire la suite…