Avez-vous remarqué, ces derniers temps, ces articles annonçant la bonne nouvelle? Ces deux dernières années, le niveau des océans n’aurait pas augmenté ! De là à affirmer qu’il se mettrait à baisser, il n’y a pas loin…

Seulement, voilà. Tout béotien que je suis, je me pose la question : vu les dérèglements dans les écosystèmes des mers du sud (voir l’article sur les manchots et celui sur les éléphants de mer) que l’on sait liés au réchauffement des eaux de surface, comment les océans pourraient-ils ne pas se dilater ? Et ces espèces de poissons méridionales qui se pêchent sans cesse plus au nord, n’est-ce qu’un hasard ? S’il n’y a pas de dilatation, alors il n’y pas de réchauffement. Les habitants de Shishmaref, en Alaska, peuvent rentrer chez eux. Rien à craindre. Quand ils verront leurs maisons se faire démolir par les vagues, ils pourront se dire que ce n’est qu’une vue de l’esprit. Idem pour les habitants des Tuvalu : qu’ils dorment tranquille. Quant aux photos qui montrent la disparition totale de certains glaciers, notamment dans les Pyrénées, c’est un tour d’illusionniste. Et la moitié de la calotte glaciaire du Groenland peut bien se dissoudre, l’eau supplémentaire s’évaporera avant même d’intégrer l’océan… Cela pour vous dire que j’ai repéré un excellent article sur la montée des océans sur ICE BLOG. Une belle synthèse. Idéal pour se faire une idée claire sur la question sans y passer trop de temps. L’océan ne monte pas progressivement, mais par petits à-coups, un peu comme la marée. On s’aperçoit que les modèles développés par le GIEC ne tiennent pas la route, effectivement, parce qu’ils reposent presque uniquement sur l’argument de la dilatation des océans, relativement aisée à mesurer et à anticiper. Il en va tout autrement du volume des calottes groenlandaises et de l’Antarctique susceptible de se retrouver prématurément à l’eau. Sur ce point, les chercheurs du GIEC ne se risquent pas. Par prudence, ils minimisent le phénomène ; peut-être, aussi, pour ne pas se faire taxer d’alarmistes. Donc, ça monte, mais pas trop… Soixante centimètres en plus pour le siècle prochain, ça vous va ? Sauf que les calottes glacières s’affaissent bien plus vite que prévu et les projections s’appuient sur des modèles d’ores et déjà périmés… L’estimation la plus impressionnante que j’ai relevée est de 6 mètres d’ici 2100. Deux mètres pour la dilatation de l’océan, deux pour la fonte du Groenland et autant pour l’ouest de l’Antarctique. Un peu excessif, peut-être… Qui dit mieux ? Visitez le blog de ICE, et dites-nous un peu ce que vous en pensez. http://iceblog.over-blog.com/article-13032937.html

Partagez cet article...