Les membres de l’expédition sont actuellement en route pour NewYork. « Southern Star » a quitté Fort Lauderdale le 24 février comme convenu au planning. La régularité avec laquelle le voilier polaire suit son chemin depuis le début de l’expédition est exemplaire. L’équipage sait qu’il ne faut surtout pas relâcher l’attention. La route est encore longue jusqu’à Tromsø.

++Mai 2009++
L’expédition s’est achevée comme prévu le samedi 16 mai à 10h00. Cette date met un terme à la campagne de navigation mais ce n’est pas pour autant que tout s’arrête, bien au contraire. Le programme de l’association est chargé pour les mois à venir.
Mais faisons un retour rapide sur l’arrivée en reprenant un extrait du journal de bord d’Olivier au 16 mai 2009 :
souternstar.jpg« Une brume épaisse nous enferme dans un cocon ouaté. Tout est calme. Nous faisons route vers Tromsø pour la dernière ligne droite de l’expédition. Au fur et à mesure que nous approchons, la visibilité s’ouvre sur un grand ciel bleu. A 10h00, nous entrons comme convenu dans le port. Le loch indique 21 687 milles nautiques parcourus (40 164 kms) depuis un an. Une partie de l’équipe et des équipiers sont là pour nous accueillir. En ce moment joyeux et solennel, je pense à l’ensemble de l’équipe et des équipiers sans qui cette aventure n’aurait pas existé. Tout s’enchaîne rapidement, nous sommes absorbés par le programme chargé de la journée. L’ambiance est joyeuse. Avec Laurent, nous partageons le sentiment confortable d’avoir réussi à conduire « Southern Star » d’étapes en étapes sans le moindre retard pendant un an. »

equipe.jpg
Au-delà de l’audacieux défi sportif qui a servi de vecteur de communication, l’expédition a déjà rempli sa mission haut la main en terme d’enquête de terrain et de sensibilisation. Les programmes éducatifs ont permis a de nombreuses classes de suivre le périple, les conférences et interviews données pendant l’expédition ont pu sensibiliser les adultes et les tournages ont permis de ramener 110 interviews d’experts du changement climatique.

En bref :
– Pour l’heure Southern Star est en grand carénage. L’équipe technique peut ainsi panser tous les petits bobos de l’expédition et refaire les peintures avant l’appareillage le 23 juin pour une nouvelle campagne polaire au Spitsberg.
– Olivier Pitras est en France du 1er au 15 juin pour répondre au médias et avancer dans la mise en place du livre de l’expédition.
– Une soirée « Avant Première » est organisée le lundi 8 juin dans les locaux de notre partenaire « Cinéaqua » au Trocadéro à Paris. Cette soirée privée à l’usages des médias, productions et diffuseurs sera l’occasion de présenter les deux premiers documentaires de la série « L’odyssée climatique du Southern Star ». Ces documentaires seront diffusés les 17 et 24 juin sur « Planète Thalassa ».

bruno.jpg– La classe de Bruno Philippe, qui était la classe pilote pour le développement des programmes pédagogique durant l’expédition, accueillera Olivier Pitras le vendredi 12 juin, de 10 à 13 heures, au collège de Castillones. Nous étudions la possibilité de regrouper l’énorme travail effectué par Bruno Philippe et sa classe dans un livre pédagogique reprenant les thèmes abordés durant l’expédition.

– La classe de Lydia Devèze du Collège Europa de Montélimar vient de sortir « Le climat d’à bord ». Sous forme de carnet de route, ce petit fascicule éducatif retrace les grands moments du périple et les principales réactions des élèves vis à vis de l’expédition et de l’environnement. Réalisé par Christine Maurin, ce livre a été édité grâce au concours financier du programme de Réussite Educative de la Mairie de Montélimar (Conception : Christine Maurin, Lydia devèze, Marie-Ange Collu-Gaudy).

La suite :
Le travail n’est pas fini donc, nous aurions même tendance à dire qu’il ne fait que commencer car le chantier est vaste et la mission urgente. Nous avons beaucoup appris pendant cette année d’enquête et nous entendons partager cette expérience avec le plus grand nombre.
En revanche, la newsletter ne sera désormais plus mensuelle. Nous déciderons à la fin de l’été quelle sera sa fréquence. L’heure est désormais à la rédaction, au montage, à l’édition de tout le matériel (textes, vidéos, photos) que nous avons inlassablement rassemblé au cours des douze derniers mois. Toute l’équipe « 69 Nord -Around North America » vous souhaite un excellent été.

coucher.jpg barre.jpg ++Février 2009++
L’escale en Floride marque la fin du passage de l’expédition en zones chaudes. Désormais les membres d’Around North America reviennent en climats tempérés. Au 1er mars le loch indiquait 17061 milles parcourus. Côté escales : A la surprise de l’équipage, des îles entières ont disparu de la carte côté Caraïbe, au large du Nicaragua et du Honduras. Ces îles coralliennes basses ont du être balayées de la carte à la suite du passage d’un cyclone. Les thématiques montées des eaux, massifs coralliens et phénomènes météo puissants sont au centre des interviews du dernier mois pendant les escales de Roatan et de Floride. Le passage de l’expédition à Roatan a permis de réaliser la fragilité des massifs coralliens sur l’ensemble de la planète. En effet, les personnes interrogées ont permis d’élargir le débat du niveau local au niveau global. En quarante ans, 80% des massifs coralliens ont disparu. Les spécialistes qualifient désormais d’oasis les zones où le corail n’est pas touché par le blanchiment. Ce phénomène est directement lié à la hausse de la température de l’eau de mer. Le gouvernement du Honduras compte sur les très touristiques « îles de la Baie » pour subvenir aux principaux besoins financiers du pays. L’enjeu est donc d’importance. Il est à noter que l’île de Roatan est connue pour ses sites de plongée, son principal attrait touristique. Il est donc très étonnant de voir qu’il n’y a pas une volonté plus acharnée pour la protection de la zone littorale. En revanche, il y a sur place des personnes très compétentes, expertes et engagées pour faire entendre la voie de la sagesse. Ils arrivent au fil des années à des résultats car le gouvernement du Honduras fait de nombreux efforts pour conserver cet eldorado. Une politique plus sévère de contrôle des programmes immobiliers serait toutefois nécessaire. En Floride, la montée des eaux était aussi d’actualité. Les rendez-vous avec des experts du NOAA (National Oceanographic and Atmospheric Administration) ont permis de mieux comprendre les enjeux. Toutefois l’administration ne se prononce pas sur l’aspect anthropique du changement climatique concernant la recrudescence de cyclones de forces majeures. Les experts du CO² dissous dans les océans étudient les isotopes issus des énergies fossiles et ceux issus de la biomasse pouvant ainsi tracer assez précisément la part qui revient à l’activité industrielle dans le phénomène d’acidification des océans. L’escale de New York abordera les aspects politiques et promet d’être passionnante. Des rendez-vous à l’ONU et à la bourse de New York sont d’ores et déjà programmés. Côté médias et festivals : Le documentaire numéro 1 « Vive le réchauffement » sera présenté au Festival du Film Polaire de Paris le dimanche 8 mars à partir de 15h00 (Cinéma Grand Action – 5, rue des Ecoles 75005 Paris). Il sera également présenté aux 20 èmes Rencontres Cinéma – Nature du 26 au 29 mars 2009 à Dompierre-sur-Besbre (03). Le documentaire numéro 2 « Un monde givré » sera présenté à l’occasion des Nuits Polaires le samedi 14 mars à partir de 11h30 (Les Nuits Polaires de Paris – Institut Océanographique – 195, rue Saint Jacques 75005 Paris). Ushuaïa Magazine consacre un article de 6 pages sur l’expédition dans leur numéro d’avril 2009 (sortie en kiosque mi-mars).