Dominique Bromberger: journaliste international, né en 1944, à Paris. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un DES de droit public.
Correspondant à Beyrouth de l’ORTF, à Londres puis à Washington de TF1, il devient ensuite chef du service étranger de l’information de la chaîne sur laquelle de 1975 à 1995, il présentera d’abord en alternance avec Roger Gicquel, ensuite avec Patrick Poivre d’Arvor le 20h.

Il quitte TF1 pour présenter le 7 1/2 de Arte puis diriger le bureau de Paris (1995-1999). A partir d’octobre 1997, il est en outre chroniqueur à France Inter , auteur d’un bloc-notes quotidien intitulé « Regards sur le monde », d’abord à 8h15 le matin puis dans l’émission « Et pourtant elle tourne ».

Ecrivain, en 1978, il publie L’Itinéraire de Parhan au château d’Alamut et au-delà (Fayard).Le Grand manège, Rencontre avec les maîtres du monde (Paris, Plon 1993) ; Il a aussi été le co-auteur et le narrateur du documentaire de référence en français sur le règne et la chute de Nicilae Ceausescu, Ceau?escu, la folie du pouvoir (1999).

Dans Un Aller-retour (Paris, Robert Laffont, 2004), il raconte le grave accident de circulation qu’il avait eu le 1er mars 2001, le coma de 3 semaines qui s’en était suivi et l’expérience de mort imminente qu’il avait vécue. Le livre a reçu le Prix Vérité 2004 de la ville de Le Cannet.De retour à la vie et à son métier, et élargissant son champ d’investigation, il a consacré un ouvrage original à la ville qui est devenue le symbole de l’ »embrasement des banlieues », en novembre 2005, ouvrage ayant pour titre Clichy-sous-Bois, Vallée des Anges (Paris, Arléa, 2006).

Dans sa préface de Sans Dessus Dessous, de Jules Verne (Paris, Actes Sud, « Les Mondes Connus et Inconnus », 2005), il nous montre combien ce roman, écrit à la fin du XIXe siècle, connaît une nouvelle actualité en ce début du XXIe siècle.Jules Verne y imagine notamment que le « Gun Club » américain veut s’employer à faire basculer la Terre sur son axe afin de pouvoir exploiter les ressources minières qui se trouvent sous la calotte polaire.

En tant que producteur, il a conçu et diffusé la série « Sur les pas de Rimbaud » (France Inter, 2007). « On a toujours tenté de percer le mystère Arthur Rimbaud en s’en tenant aux textes. Moi, j’ai tenté de suivre ses pas ».

.Après avoir sillonné longuement la Russie, il publie C’est ça, la Russie (Paris, Actes Sud, 2010).

En 1997, il découvre l’arctique en participant à la première française du Mont Forel, considéré longtemps comme la montagne la plus élevée du Groënland…le debut de plusieurs voyages au Groenland, au Nunavut et en Sibérie…