Présenté par Etienne Bourgois : président du Fonds Tara, co-directeur de Tara Oceans et en présence des membres de l’équipage de Tara.
Film présenté en Haute Définition photo-Tara-voyage-au-coeur-de-la-machine-climatique-2008-2.jpg Un pari fou… Pour mener à bien cette campagne d’études scientifiques, l’expédition Tara Arctic s’est associée au programme européen Damocles dirigé par l’océanographe Jean-Claude Gascard et qui réunit quarante-huit laboratoires de douze pays. Les climatologues ont en effet depuis longtemps lancé l’alarme : toutes les simulations sur l’évolution du climat prévoient la disparition totale de la glace en océan Arctique durant l’été. Reste à savoir quand. Car la disparition de la banquise d’été aura des répercussions irréversibles sur le futur de notre planète. ARTE, partenaire de l’expédition, a suivi cette aventure unique. Le film Tara, voyage au cœur de la machine climatique, réalisé dans des conditions extrêmes, raconte le quotidien de cette mission sans équivalent. Nous découvrons comment les membres de l’équipage, prisonniers des glaces à bord de Tara, ont livré un combat incessant contre le froid, la nuit, interminable d’octobre à mars, contre les mouvements des plaques de glace ou les tempêtes qui détruisent sans cesse les installations, et comment ils ont vécu sous la menace des ours, perturbés par la disparition de la banquise. Mais au-delà de l’exploit, ce documentaire nous montre que la mission scientifique a révélé une réalité beaucoup plus alarmante que prévu pour le climat de la planète…

Tara est un bateau unique, taillé pour les extrêmes géographiques : le plus grand dériveur polaire au monde. La forme arrondie de sa coque a été conçue pour offrir le moins de prise possible à la glace : quand la pression sur la coque est trop forte, le bateau est poussé vers le haut, comme un noyau que l’on presserait entre les doigts

Le voyage devait durer deux ans, il s’est terminé beaucoup plus vite que prévu. En effet, après avoir démarré son périple polaire le 4 septembre 2006 avec son amarrage sur la banquise au nord de la Sibérie, la goélette est sortie des glaces le 21 janvier 2008, entre le Spitzberg (Norvège) et le Groenland (Danemark) avec 8 mois d’avance sur toutes les prévisions établies. À bord de Tara, les scientifiques ont pu réaliser des mesures précises dans l’océan, la glace et l’atmosphère…