De la passion de la montagne à celle de l’Arctique.


Quand après une jeunesse sur la côte d’azur qui ne prédestinait vraiment pas à la montagne,  je deviens étudiant à Grenoble très vite la montagne sous toute ses formes devient une passion, presque obsessionnelle à certains moments. Les étés sont très vite remplis à parcourir le monde à la découverte de « la montagne des autres » . Mais déjà les prémisses, au Groenland et en terre de Baffin de la découverte de l’Arctique, là où la haute montagne côtoie la mer.
En 1987, en Islande, tout bascule. La chute, à ski, du haut d’une barre rocheuse et ses conséquences : Une fracture de la colonne vertébrale, 6 mois d’hôpital, de lourdes séquelles qui rendent la marche difficile même après une longue rééducation. C’en est fini de la montagne, mais pour quoi d’autre maintenant ? Par hasard c’est la découverte du kayak et la liberté retrouvée. La rencontre avec GNGL et l’évidence que l’autre manière de parcourir l’Arctique, peut-être même la meilleure, c’est le kayak.