© Irina Baranova / Sibérie
Irina revient de Sibérie où elle a accompagné un groupe, parti pour l’arrivée de l’Odyssée Sauvage de Nicolas Vanier, et partage avec nous ses impressions.

La Sibérie a toujours été spéciale pour Nicolas Vanier: trois de ses expéditions ont traversé cette vaste région de Russie. Le lac Baïkal a une notion symbolique pour notre Voyageur du Froid : c’est au Baïkal qu’il a reçu son premier chien et c’est ici qu’il revient des années plus tard sur l’attelage tiré par les descendants d’Otchoum.

© Irina Baranova / Sibérie
Si Nicolas Vanier a vécu ses exploits sibériens été comme hiver, en voyageant dans la nature sauvage à pied, à cheval, en bateau à rame, en traîneau à chiens et à rennes, nous sommes sur le lac Baïkal en tout début de printemps. On a de la chance incroyable avec la météo: toute la semaine il fait très beau et ‘chaud’, le ciel est bleu, le soleil se reflète dans les myriades de stalactites et cristaux de la cote. Avec ce décalage des températures entre le jour et la nuit, les fissures s’ouvrent et courent sur des kilomètres et kilomètres à travers la glace transparente bleu foncée, parfois azure ; on entend partout les craquements, grondements, chuchotements et explosions de ce lac vivant gigantesque appelé localement ‘la mer’.

Le but final de notre expédition se déroule au centre du lac Baïkal, sur l’ile d’Olkhone, près du rocher sacré de Chamanka (Bourkhane). Un petit groupe de passionnés attend l’arrivée de Nicolas: ses proches et son équipe, nos voyageurs, des caméramans et quelques personnes russes. La presse rencontrera l’explorateur plus tard à la ville d’Irkoutsk : le chemin jusqu’à Olkhone est long, et l’accès n’est pas facile en hiver.

Enfin, on aperçoit d’en haut un point noir en mouvement qui apparaît au milieu du blanc, contre le fond des montagnes, le point s’approche, grandit – on peut déjà distinguer la silhouette de Nicolas derrière un attelage tiré par une dizaine de chiens! Ils arrivent à toute vitesse, les chiens sont dans une forme incroyable! Fin de l’Odyssée Sauvage qui a commencé il y a trois mois : 6 000 km à travers les étendues de trois pays – et le rêve du Voyageur accompli… Nicolas fait des câlins à ses chiens en les remerciant pour leur effort, leur endurance, pour leur joie et leur envie de courir pendant tout ce long trajet difficile. Puis, l’émotion est palpable, Nicolas prend dans ses bras sa femme et son fils qui lui ont tant manqué. Enfin, son équipe et nos voyageurs l’accueillent, bouteille de champagne à la main! Vient finalement la photo traditionnelle avec l’équipe et, bien sûre… ses chiens. Les chiens sont jeunes, expansifs et curieux, ils font la connaissance de chaque personne présente et sont bientôt prêts à repartir pour l’exploration!

© Irina Baranova / Sibérie
Plus tard, Nicolas passe par notre auberge pour raconter son aventure: une conférence improvisée dans un cadre intimiste et informel, avec des réponses à chacune de nos questions. Enfin, cadeau avant de se séparer: une carte avec l’itinéraire de l’Odyssée Sauvage, l’autographe et quelques mots chaleureux pour chacun de nos voyageurs.

© Irina Baranova / Sibérie

 

Partagez cet article...