Conférence de l'ONUAprès deux semaines d’intenses négociations, lors de la Conférence de l’ONU sur le climat, il aura fallu que les 196 délégations jouent encore les prolongations pendant près de 30 heures pour qu’un accord in extremis et à minima, intervienne sur la réduction des émissions de CO2. Les négociations butaient principalement sur un clivage entre pays du Nord et pays du Sud.

Les pays du Sud exigeant que les «contributions nationales» (qui doivent permettre une baisse globale des émissions de 40 à 70 % d’ici à 2050 : une baisse impérative, si on ne veut pas dépasser un réchauffement de + 2°C) comprennent aussi des « actions d’adaptation » au réchauffement ainsi que des soutiens financiers.

Or, si ces deux points sont mentionnés dans l’accord final, ils ne comportent nullement d’obligations. L’Afrique, les petits Etats insulaires, l’Arabie saoudite, les Philippines, le Brésil… souhaitaient que l’adaptation puisse faire partie des contributions et demandait (mais sans succès), des précisions sur le financement, qui doit permettre d’atteindre les 100 milliards de dollars d’aide à l’horizon 2020.
Manuel Pulgar-Vidal, le Ministre Péruvien de l’Environnement, qui présidait la conférence, a pu ainsi annoncer un texte acceptable par tous, encadrant la forme des engagements que les pays prendront en 2015 sur les réductions d’émissions de CO2.

Ce document servira de base aux négociations préalables au sommet de Paris, fin 2015.

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères et Ségolène Royal, la ministre de l’environnement, particulièrement concernés ont ainsi dû jouer les prolongations.

 

Les grands rendez-vous d’ici à fin 2015, date de la conférence de Paris.

  • 8 au 13  février : tous les pays se retrouvent à Genève afin de reprendre les discussions sur le document de travail du futur accord de Paris.
  • avant le 31 mars : les pays « qui sont en mesure de le faire » doivent annoncer leur « contribution ».
  • 31 mai : date limite pour soumettre un projet de texte officiel à tous les pays
  • 3 au 14 juin: Idem Genève mais cette fois à Bonn.
  • 2e semestre: ultimes négociation (dates et lieu à préciser)
  • 30 novembre-11 décembre : conférence de Paris sur le site du Bourget
  • 1e novembre: tout devra être calé !

Lire tous les articles sur les questions climatiques

NJL ALBOUY (source : AFP)