© Marie Jelle / Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak

Charles, conseiller voyages à Bruxelles, revient d’un voyage au Spitzberg et partage avec nous son carnet de bord :

© Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak A 1300 km du pôle Nord, on arrive au Spitzberg. Tout de suite, on se retrouve dans des températures « fraîches » ! Le voyage « Découverte en kayak à Alkhornet » que je vais effectuer se fait d’habitude en été, lorsque les températures avoisinent les 10°c à 15°c.

Le soleil et l’air sec et frais ajoutent une agréable sensation. Nous apprenons tout de suite que le Svalbard (le Spitzberg étant la plus grande île de cet archipel) est géré par la Norvège. C’est un territoire où l’ours blanc est roi. Il est protégé et présent dans l’esprit de tous.

Dès le départ nous préparons nos sacs étanches pour y mettre nos affaires. Nous allons être déposés dans un fjord par bateau. Le capitaine  a une allure de Viking 🙂 On s’installe dans le premier campement. Les règles de sécurité sont expliquées, et nous décidons déjà des tours de garde. Gwen, notre guide kayakiste nous fait bien comprendre qu’ici « nous ne sommes pas le dernier maillon de la chaîne alimentaire 🙂 ». Ainsi il a toujours avec lui sa carabine et, nous, nous sommes « armés » d’un revolver d’alarme.

A partir de notre premier campement nous randonnons pour observer les moraines glaciaires, la toundra, les glaciers, et la faune si riche en oiseaux. De plus, nous avons la chance d’approcher des rennes d’assez près. Au milieu de notre voyage, nous levons le camp, nous défaisons nos tentes igloos, nous laissons la tente mess et partons en kayak pour un autre fjord.

Nous faisons une halte à mi parcours pour voir le massif montagneux, qui sépare les deux fjords, se construire devant nous. Nous installons notre nouveau campement. La nuit tombée, nous avons déjà la visite de deux renards polaires, pourvus de leur pelage d’été, pas farouches les bêtes :). Tiens, ils s’approchent, curieux et… pour chaparder !

© Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak

Nous commençons une belle marche au bord de la falaise de l’Alkhornet pour observer les milliers d’oiseaux, les rennes et d’autres renards qui vivent au bord de cette falaise, espace privilégié de verdure (grâce aux oiseaux). D’autres randonnées sont prévues pour voir les anciens lieux des chasseurs de baleines et autres animaux. Ensuite bien entendu des sorties en kayaks pour aller dans différents lieux du fjord et approcher le glacier.
Il est temps de repartir au 1er campement « le début de la fin » du voyage se ressent. Nous n’avons pas vu d’ours mais avons tout le temps ressenti sa présence !
Gwen, sort chaque soir un petit calepin où nous écrivons notre récit de la journée.  Nous pouvons aussi découvrir les récits des autres groupes, précieusement conservés dans ce carnet.

Dernier soir au campement : très beau soleil de minuit ! Je suis le 1er à faire le tour de garde, ce qui requiert également de faire la vaisselle 😉
Ma soirée débute par un peu de lecture : le guide Grand Nord Grand Large sur le Spitzberg : « Spitzberg, l’archipel du Svalbard », l’occasion s’y prête bien ! (ce guide est disponible à la librairie polaire). Quelques pages plus tard un renard polaire fait son petit tour sur le campement, comme s’il avait été l’éclaireur puisque suivent ensuite 3 ours polaires ! La mère et ses deux « petits », âgés tout de même d’environ 2 ans (l’âge de la fin de leur apprentissage).

Je les aperçois juste au moment où ils arrivent sur la plage. A cet instant les secondes se font plus longues. On sent l’adrénaline monter. Je vais à la tente mess, à quelques pas de moi où se trouve le pistolet alarme. Les ours sont devant moi, à seulement 50 pas ! Quand je saisis le pistolet d’alarme j’appelle Gwen. Un couple m’ entend, se réveille et sort de sa tente. Gwen sort aussi de sa tente avec sa carabine.
Les ours nous observent, nous de même… Au final ils rebroussent chemin en suivant le rivage.

Ici au Spitzberg nous sommes petits à l’échelle de la nature et du temps ! Belle rencontre, marquante et impressionnante !

Ce voyage restera une superbe expérience polaire, loin du notre confort quotidien et aussi de nos vies de consommation où tout va vite ! Cela fait plaisir d’être coupé du monde dans un cadre aussi fantastique !

© Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak © Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak © Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak © Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak / fleur
© Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak © Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak © Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak © Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak

© Charles Hinkel / Spitzberg / Kayak

Partagez cet article...