Portrait de Linda Bortoletto au Zanskar

Avant, elle était officier de l’Armée de l’Air, puis capitaine dans la Gendarmerie nationale, et enfin haut fonctionnaire au ministère des Finances. Aujourd’hui, Linda Bortoletto a renoué avec son instinct : aventurière en quête de valeurs humanistes, elle a abandonné son quotidien à 30 ans pour se consacrer à la découverte des régions isolées du monde.

En 2011, Linda part pour la première fois. Direction le Kamchatka, à l’Extrême-Orient de la Sibérie. Au milieu des montagnes, elle a rencontré des éleveurs de rênes : les Tchoukcthes. Sans parler un mot de russe, l’aventurière a découvert un univers dont elle ignorait tout. En se rapprochant de la nature et de l’authenticité, son voyage prit tout son sens.

Linda Bortoletto en Sibérie

« Je vis soudain comme une autre femme, la connaissant sans la connaître, comme si je me rencontrais à nouveau » témoigne Linda.

Elle part ensuite deux mois dans le Zanskar, pour y découvrir la culture bouddhiste. Guidée par son instinct, Linda est allée dans trois nonneries différentes, où elle noua une véritable complicité avec les nonnes.

Six mois plus tard, Linda part de nouveau chez les Tchoukcthes, pour passer l’hiver avec eux. Cette fois, elle les accompagne pour la corralisation, le moment où l’on sépare les rênes mâles des rênes femelles, qui sont en période de gestation. Linda apprend une nouvelle fois à vivre au rythme du temps qui fixe son propre tempo.

« Chez eux devient chez moi, et chez moi me devient étranger ».

Dernière expédition en date : le Kirghizistan en 2014. Au programme, allier la découverte d’un nouveau pays au sport et l’épanouissement personnel. Ainsi, Linda est partie avec ses baskets et son vélo, accompagnée d’un coéquipier pour parcourir 40 km par jour, et ce pendant 40 jours.Repousser ses limites, c’était aussi l’objectif de Linda pour retrouver une sérénité intérieure.

Linda Bortoletto au Kirghizistan

  • Découvrez ses expéditions inédites sur son blog.