Ce n’est pas la Norvège mais ça y ressemble ; ici les Fjords s’appellent des sounds.  La navigation aux Hébrides intérieures est incontestablement exotique. Au milieu des flots ce sont de multitudes d’îlots qui vous cernent, des bouts de cailloux où le vert acide des prairies tapisse le gris solennel de la roche. Et c’est Pierre, le skipper du bateau « Spirit of Conrad » qui nous raconte.

Naviguer aux Hébrides intérieures

Jamais loin de la côte, le nombre de mouillage bien abrités est illimité. les îles sont certes moins abruptes elles sont plus douces et plus vertes…. Ici la nature est luxuriante tout est entre mer et collines, le littoral sent la campagne et la campagne est baignée d’embruns. Les colonies de phoques sont nombreuses et à terre dans les vertes praires nous apercevons vaches écossaise et moutons par centaines.

Mais gare à ne pas se laisser distraire car dans ces sounds les courants de marées sont importants voir aussi forts que dans le raz Blanchard. Cette navigation au printemps est passionnante, notamment avec les haies de rhododendrons qui commencent à couvrir les îles de rose.

Ces îles ont du caractère ajoutez-y une population au caractère rude, comme pour respecter leur origine celtes, mais accueillante !
Des distilleries de whisky, des kilts, de la cornemuse, des fruits de mer, de la bonne viande, un accent bien frappé, le souvenir de « The old Alliance » et vous saurez pourquoi j’aime tant les Hébrides intérieures. Avec le « Spirit of Conrad », c’est une manière de naviguer sur les traces de Stevenson…. Joli clin d’œil ! Isn’t it …