Avant de partir en territoire inuit hors des sentiers battus, plongez vous dans ces Questions/Réponses avec Michel, installé à Tinitequilaaq depuis des années !

Depuis quand vis-tu au Groenland, à Tinitequilaaq ?

Je vis dans le petit village de Tiniteteqilaaq (80 habitants environ) depuis 2001.

Peux-tu nous dire ce qui t’a poussé à partir à Tinitequilaaq, et surtout, pourquoi tu n’en es jamais reparti ?

Mon arrivée au Groenland résulte en fait d’un énorme hasard ! Un contact que j’avais sur place m’a proposé de venir passer un mois dans le pays pour m’occuper de ses chiens de traîneau tandis que lui partait en vacances en France. J’ai tout de suite aimé l’endroit. A l’époque, je faisais de la photo et l’idée m’est venue de faire un reportage photo sur ce petit village de Tinitequilaaq, ses habitants et leur mode vie. Je suis donc resté 1 an à travailler sur ce projet et, à l’issue de cette période, j’ai décidé de prolonger mon séjour… et j’y suis encore !

Mes déplacements en traîneau à chiens

Mes déplacements en traîneau à chiens

On me pose souvent la question : « Pourquoi as-tu choisi de vivre au Groenland ? Et plus précisément dans un village si isolé, toi qui est originaire de Marseille ? »

Pour être honnête, les raisons sont multiples ! D’abord, je n’ai rien contre la France, c’est un pays que j’aime, simplement, la vie dans ce village me correspond mieux. La nature grandiose, sa puissance, les paysages fantastiques et époustouflants, les Inuits et leur culture, une grande tranquillité et liberté, sont les raisons principales de mon choix.

Depuis 18 ans que je vis sur Tinitequilaaq, je suis retourné une fois en France pour une petite dizaine de jours, c’était bien, mais le Groenland m’a beaucoup manqué…

A quoi ressemble ta vie aujourd’hui au Groenland ?

Je vis comme les Inuits ! Je chasse pour me nourrir, tout comme mes proches et amis ainsi que mes 16 chiens de traîneau. La chasse, qui est un mode de vie ancestral au Groenland, est le seul moyen d’avoir de la nourriture fraîche et adaptée au climat. En revanche, elle ne permet pas de régler financièrement ses dépenses : il faut avoir une autre activité. Comme plusieurs Inuits, cette activité est le tourisme. Le tourisme me permet de montrer cet endroit magnifique aux visiteurs. Notre région est l’une des plus belles du Groenland. C’est aussi un échange agréable car les voyageurs français que je reçois me parlent de la France, ce qui est assez plaisant et me convient parfaitement !

As-tu remarqué depuis ton arrivée des changements au niveau du climat ?

Depuis 18 ans que je vis ici, le climat a bien changé ! La tendance est indéniablement au réchauffement : les fjords gèlent moins ou plus tardivement. D’une manière générale, les saisons sont un peu décalées. L’hiver, le temps est stable, puis ne l’est plus : on a parfois beaucoup de glaces dérivantes qui peuvent perturber la navigation ; ou au contraire, très peu de glaces. C’est un peu déconcertant et imprévisible. Il faut donc être bien attentif, mais ce n’est pas du tout un problème car ici nous vivons au jour le jour et c’est la nature qui dicte nos décisions. Le plus gros changement sur Tinitequilaaq étant sur le fjord Sermilik, qui est immense, et qui chaque hiver gèle systématiquement. Ce n’est plus le cas à présent, seuls les fjords annexes au Sermilik gèlent.

Comment les Inuits voient-ils le changement climatique ?

Nos amis journalistes qui viennent l’été veulent souvent savoir si les changements climatiques qui sont très visibles au Groenland, rendent la vie plus difficile aux inuits. Les inuits n’ont pas tendance à se plaindre, ce n’est pas dans leur culture. Ils s’adaptent aux changements, il fait un peu plus chaud et ce n’est pas vraiment un problème pour eux… Lorsqu’on évolue à traîneau sur des fjords gelés, en montagne ou que l’on navigue entre les icebergs et les glaces dérivantes du Pôle nord, il a toujours fallu s’adapter au terrain et au climat…

Les inuits qui ne sont plus sur le terrain et qui ont une vie plus « aseptisée » avec un travail dans un bureau par exemple et des horaires fixes pourront peut être se plaindre un peu qu’il fait trop chaud l’été…

Peux-tu nous confier le meilleur souvenir de ta vie Groenlandaise ?

Mes très bons souvenirs ici sont multiples, en citer un en particulier semble difficile ! Un bon souvenir qui me revient : c’était un jour de décembre où tous les chasseurs chassaient en bateau juste devant le village. Tout le monde était réuni dans une toute petite zone d’une bonne centaine de mètres carrés, car le fjord Sermilik était très encombré en glace et allait devenir inaccessible durant de nombreuses semaines suite à l’englacement qui augmentait heure après heure. Nous étions tous en attente de voir un phoque depuis des heures et la nuit commençait à tomber. Puis, un gros phoque barbu a fait surface, mais il était très loin et faisait surface par intermittence, caché derrière une glace. J’ai tenté ma chance pour le prendre et j’ai fait un tir exceptionnel, peut-être mon meilleur tir à ce jour ! De retour au village, les autres chasseurs m’ont ensuite aidé à le ramener près de chez moi, car ce phoque ne faisait pas loin de 300 kg. Puis, il y a eu un partage de la viande avec tout le monde. Ce fut le dernier phoque pris durant plusieurs semaines, ce partage ayant d’autant plus d’importance. Un très bon souvenir parmi tant d’autres !

As-tu des anecdotes à nous donner ?

Lorsque je suis arrivé sur Tinitequilaaq, j’avais été surpris par la réponse d’une Inuit qui avait du mal à se rappeler de son âge, lorsque je lui ai posé la question. Quelques années plus tard, il en était de même pour moi, le temps n’a pas la même influence ici.

Un point intéressant est aussi la très grande tolérance des Inuits, tous sujets confondus. C’est très surprenant pour un endroit si isolé et quand même bien coupé des médias. C’est, je pense, dû à un trait de leur culture.

Un autre point impressionnant est la résistance et la ténacité des Inuits à ne jamais baisser les bras.

Une autre anecdote ! Un jour, suite à une tempête, le bateau d’un chasseur avait coulé au port, et celui-ci était hilare. J’étais interloqué de le voir ainsi  rire du fait que son bateau avec tout son matériel se trouvait au fond de l’eau. La situation ne lui était pas plaisante du tout, mais il préférait en rire, c’était bien plus positif pour lui et ceux qui étaient là, que de se plaindre. Il a ensuite tout mis hors de l’eau et tout remis en état.

Il faut vraiment que ce soit très grave pour qu’un Inuit n’ait pas le sourire, ce sont des gens très souriants, ils rient beaucoup…et de tout !

Alors… Une envie de voyage au Groenland, à la découverte du mode de vie des Inuits ?