Le blog de glace – Grand Nord Grand Large

Plus de 30 ans d'aventures polaires

Plus de 30 ans d’aventures

03Fév. 2012

Rencontre extraordinaire

1989 : Voilà plus d’un mois que nous crapahutons dans la région de Pond Inlet tout au nord de la Terre de Baffin ; plus qu’un groupe et ça sera le retour vers l’Europe. Problème : ce groupe souhaite voir de la glace, beaucoup de glace, ils voulaient monter très au nord pour être sûrs que « ça sera vraiment polaire… » or, de la glace, en cette fin août, Pond en est complètement dépourvu, pas le moindre glaçon, pour un peu on se croirait en Bretagne ! Nous décidons de redescendre plus au sud, dans la région de Broughton Island (à l’époque cette communauté n’a pas encore repris son nom ancestral, Qiqitarjuak), où la configuration de la côte fait une poche retenant toujours la glace.

En fait de la glace à Broughton il y en a encore beaucoup trop, pas question de sortir la moindre embarcation, mais le wildlife officer est optimiste : « Maybe tomorrow ! En attendant vous pouvez allez voir Ataata (mon père), il a un bateau ». C’est ainsi qu’ont commencé quinze années d’une collaboration sans faille. Pauloosie, ce petit homme râblé au visage toujours souriant, père de onze enfants, chasseur, sculpteur, pasteur, conteur, a tout de suite su nous faire découvrir sa culture et nous transmettre la passion qu’il avait pour son pays.

Il était né dans un igloo dans les années 1930, avait tué son premier ours avant l’âge de quinze ans, avait connu l’arrivée des premiers Qallunaq en avion, avait vécu la délocalisation forcée dans les années 1950 et vivait présentement maintenant dans une maison avec tout le confort nécessaire. Avec lui ce sont des centaines de personnes qui découvrirent sa culture et son pays, avec lui nous avons fait les 400 coups, l’hiver en traîneau : renouant avec le passé nous fûmes les premiers Qallunaq à rallier les communautés voisines (distantes de 250 et 500 km !) ; l’été en cabotage, découvrant les ours et les baleines. Invité une année en France, c’est avec kamiks et anorak inuit, qu’il débarqua à Roissy. Pauloosie nous a quitté en 2004, emportant avec lui toute une partie de sa culture.

Jean-Luc et Nicole Albouy

Retour à la newsletter

02Fév. 2012

30 ans d’aventures polaires

1982 : Prenez beaucoup de rigueur, une bonne dose d’inconscience, deux doigts d’insouciance et plein d’originalité… mélangez le tout au froid, voilà Grand Nord

« Tu devrais aller faire un tour au Groenland, dans le sud c’est vachement bien pour la rando, et puis c’est libre, aucune contrainte, pas de serpents, pas d’orages, et personne pour te dire là où tu ne dois pas mettre les pieds ! »

C’est un collègue de boulot, qui, connaissant notre aversion pour la foudre et les serpents, nous met le pied à l’étrier. Anciens fanas de spéléologie, mais n’y trouvant plus notre compte, nous cherchions une activité nouvelle. La petite annonce, dans le magasin de sport où nous bossions fait le reste : trois mois plus tard, nous étions à la tête d’une dizaine de gaillards et gaillardes, prêts à en découdre avec le Groenland ; l’association Grand Nord était née !

Grand Nord Grand large viendra tout naturellement trois ans plus tard, lorsque nous commencerons à proposer des randos en kayak en été dans les régions polaires, et dans les mers chaudes le reste de l’année.

2012 : trente ans plus tard, Grand Nord Grand Large, est devenu LA référence, en matière de voyages polaires. Cela n’est certainement pas dû au hasard ; jamais, oh grand jamais, même aux pires moments nous n’avons répondu aux sirènes de vendre du n’importe quoi à tout prix. Les GNGL qui composent notre équipe ont toujours été, et sont toujours, des gens de terrain, ayant une bonne connaissance des mondes polaires et sachant vous conseiller LE voyage, qu’il soit d’une vie ou de simples vacances.

Morceaux choisis.

01Fév. 2012

Leur premiers pas à l’agence : Marie Foucard, responsable Croisières

En épousant un navigateur, le vagabondage nautique s’imposait de lui-même. Nos premières navigations nous ont conduit en Scandinavie et au Canada, puis nous avons rapidement mis le cap sur l’hémisphère Sud, la Patagonie, la Terre de Feu et l’Antarctique. Notre premier séjour de 2 mois en péninsule a été déterminant. En famille, avec notre fils de 5 ans, nous avons parcouru les canaux, les baies, en prenant le temps, en découvrant le monde extraordinaire, mais aussi difficile, impitoyable, des régions glacées. Complètement séduits par la région au Grand Sud nous avons décidé de nous installer en permanence à Ushuaia, devenir « résidents argentins » pour proposer des navigations à la voile au cap Horn, en péninsule et en Géorgie. Au début, les voyagistes nous ont pris un peu pour des fous mais Grand Nord Grand Large a voulu tenter l’expérience. Les premiers clients sont rentrés émerveillés, les séjours se sont un peu banalisés, et les programmes se sont enchainés d’année en année.

J’ai quitté le pays des manchots en mars 1996, pour venir tout naturellement poser mon sac chez « Grand Nord Grand Large » et proposer à Jean-Luc Albouy de développer l’activité « Croisière », avec des navigations sous d’autres latitudes polaires, une brochure spécialisée  » Maritime » !

31Jan. 2012

Leurs premiers pas à l’agence : Dominique Albouy, responsable des voyages en Terre Polaire

Au moment où j’ai connu l’association de mon grand frère Jean-Luc j’avais déjà fait quelques voyages : îles Ioniennes en Grèce, les Maldives, une reconnaissance en Californie mexicaine, des week-ends en France… Puis grâce à Jean-Luc j’ai découvert les voyages de Grand Nord avec notamment de très belles randonnées en Kayak dans les mers chaudes. Et puis, un jour j’ai eu un déclic et je lui ai dit : « un jour si tu as besoin de quelqu’un, je suis là ! ». Ce jour arriva ! J’étais juste enceinte de 7 mois, mais qu’à cela ne tienne, je lui réponds : « attends-moi, j’accouche et j’arrive… » Je savais que c’était pour moi une chance unique, et le 2 Juillet 1990, j’arrivais à l’agence. On était 2 et demi (le demi c’était le comptable), et le 5 juillet, Jean-Luc partait avec un groupe en Terre de Baffin pour 6 semaines.
Ce premier été fut mémorable pour moi, la grande aventure commençait !

06Jan. 2012

Première expé en traîneau avec les inuit de Broughton Island (Qikiqtarjuaq)

Dans la dernière news letter,  nous vous contions, dans « Rencontre extraordinaire », c’était en 1989, notre rencontre avec Pauloosie, qui allait devenir notre principal collaborateur en Terre de Baffin, pour les quinze années à venir.

Dès le printemps suivant, nous organisions une première « expé » en traîneau : Claude et Anne-Marie Lecointe se souviennent de leur rencontre avec GNGL qui devait les mener quelques temps après, sur cette première « expé » en traîneau…

Grand Nord ! Fascination des immensités blanches et glacées ! Aussi quand nos amis Bernard et Rosine nous ont proposé de les accompagner en Terre de Baffin, nous n’avons pas hésité.
Lors de notre première réunion avec ‘ Grand Nord, Grand Large’, le courant a tout de suite passé et nous a conforté dans notre décision. Nicole qui, avec Jean-Luc est une des organisatrices de l’agence nous accompagnera durant cette « expédition. »
Nous voilà donc à Broughton Island, après avoir pris 3 avions le dernier étant un bimoteur. L’atterrissage se fait sur une piste enneigée.
Nous sommes logés dans un refuge bricolé avec les moyens du bord,  de façon très astucieuse qui en fait une demeure très sympathique et confortable.
Premier contact avec les Inuit qui nous accueillent très chaleureusement : Pauloosie le chef de l’expédition, Lootie son fils et Johnny le troisième muscher.

Lundi 2 Avril
Nous démarrons sur la banquise, après le chargement des traîneaux et le harnachement des chiens. Il y a 3 traîneaux : Nicole et Christine avec  Pauloosie,  Rosine et Bernard avec Lootie et nous avec Johnny. Nous sommes assis  à l’arrière sur les chargements.
La glace au départ est très lisse, mais nous arrivons bientôt dans la région des hummocks qui rendent la banquise très tourmentée et hérissée d’obstacle. Les rennes se coincent dans les arêtes de glace et Johnny est très souvent obligé de descendre pour les démêler. Le traîneau tangue, secoue et entraîne quelques chutes… Lire la suite…