Le blog de glace – Grand Nord Grand Large

Plus de 30 ans d'aventures polaires

Chroniques arctiques

25Fév. 2015

Groenland : le retour du soleil

© Erik-Torm

Chaque année au Groenland, les habitants célèbrent, chacun à leur manière, le retour du soleil. Cet instant magique n’a pas lieu partout au même moment, il dépend de l’endroit où vous vous situez par rapport au cercle polaire. Pour ceux qui ont passé parfois jusqu’à plusieurs mois dans la pénombre, la joie et l’impatience sont palpables. La clarté quotidienne augmente rapidement quelques semaines avant –  et cette sensation excitante remplit d’énergie et de bonne humeur les habitants !
Lire la suite…

02Déc. 2014

Aux origines du manchot : le grand albatros

Les manchots, leurs ancêtres et la petite histoire des ailes devenues nageoires

Le manchot, ce drôle d’oiseau incapable de voler mais formidable plongeur, a pourtant une origine de grand voilier et pour ancêtre un oiseau volant de haute mer, entre l’albatros et le pétrel. La transformation se serait produite 30 à 50 millions d’années plus tôt. On suppose qu’avec l’absence de prédateurs terrestres et l’évolution vers un régime alimentaire océanique, le manchot avait de moins en moins besoin de voler.
©DR Manchot Adélie - Antarctique
Lire la suite…

28Nov. 2014

Rencontre avec Céline Clément-Chastel, spécialiste des manchots

Pour en savoir plus sur les manchots, rien de tel qu’un éclairage scientifique ! Nous sommes allés à la rencontre de Céline Clément- Chastel, chargée de médiation scientifique au CNRS

Pourquoi avoir choisi d’étudier les manchots ?
Depuis des années maintenant, mon travail est de faire connaître les régions polaires à différents publics et de promouvoir les sciences polaires. Les animaux sont une excellente porte d’entrée vers ce milieu, surtout pour les plus jeunes. Les manchots sont des oiseaux emblématiques du Grand Sud. Très attachants, leur étude est passionnante et permet, en plus, d’aborder des questions plus larges sur l’évolution du climat, la biodiversité et la protection de l’environnement. Ces questions cruciales pour l’avenir de nos enfants me tiennent particulièrement à cœur.

© Polarnews/Oceanwide Expeditions - Manchot empereur - Antarctique
Lire la suite…

28Nov. 2014

Manchot ou Pingouin ? Un peu d’histoire

Connaissez-vous la différence entre un manchot et un pingouin ? On les confond souvent, pourtant ces deux espèces d’oiseaux marins sont loin d’être identiques. Grand Nord Grand Large vous donne toutes les clés pour comprendre l’histoire de cette confusion.
© Delphine Aures/Oceanwide Expeditions - Des manchots empereurs en mer de Wedell - Antarctique

Allons droit au but : le pingouin, de la famille des Alcidés, est capable de voler et ne se rencontre que dans l’hémisphère Nord. Le manchot, au contraire, ne vole pas et appartient à l’ordre des Sphénisciformes. Il vit uniquement dans l’hémisphère Sud, où il est largement présent de l’Equateur à l’Antarctique. Il en existe 16 espèces. S’il est incapable de voler, c’est en revanche un oiseau aquatique qui peut descendre en quelques secondes à une profondeur de plus de 300 mètres !
Lire la suite…

17Oct. 2014

Vostok, exploit scientifique ou technique ?

Soirée Polaire: Vostok, exploit scientifique ou technique?

 

Base Vostok

Dans le cadre des Soirées Polaires, le Cercle Polaire organise prochainement (date indiquée ultérieurement) au Campus des Cordeliers, 15 rue de l’Ecole de Médecine, Paris 6 ème, une soirée conférence-débat avec Jean-Robert PETIT glaciologue, Directeur de recherche au laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement de Grenoble (CNRS), autour du thème: « Vostok : exploit scientifique ou technique ? » Lire la suite…

10Oct. 2014

Expédition Franklin : l’un des deux bateaux retrouvé !

Il y a du nouveau sur le Passage du Nord-Ouest : la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre ; après près de 167 années passées au fond de l’eau, l’un des 2 bateaux de l’Expédition Franklin, l’Erébus ou le Terror, a été localisé le 7 septembre dans le Victoria Strait, à une trentaine de kilomètres au large des Victory et Gore points !

HMS Erebus et HMS Terror

HMS Erebus et HMS Terror


Lire la suite…

19Mai. 2014

Un ours blanc sur notre campement !

© Annick TERRIER - ours blanc - Spitzberg

De la petite fille à l’explorateur, qui n’a pas rêvé de rencontrer un jour le mythique grand ours blanc ? Il paraît qu’il aime particulièrement la banquise de la côte est du Spitzberg. Aussi, en avril dernier, un petit groupe motivé, dont je fais partie, se rend sur ses traces, sous la houlette de notre guide Patrice. Après quelques jours de marche sous le soleil et dans le froid, nous atteignons enfin son territoire. La vigilance redouble, l’excitation monte…
Va t-on le croiser ? Lire la suite…

18Fév. 2014

Le raid à ski en Islande avec notre guide Tristan

Randonnée à ski en Islande

Tristan, guide franco-islandais, arpente depuis bientôt vingt ans les moindres recoins de l’Islande, et plus c´est isolé et loin de tout meilleur c´est. Avec le retour de la lumière, des fourmis plein les jambes, Tristan se met en mode hautes terres et attend avec impatience de pouvoir chausser ses skis et partir faire un tour. Lire la suite…

03Déc. 2013

Rencontre exceptionnelle avec les manchots empereurs

Weddell sea emperor colony © oceanwide expeditions 2

Le 27 novembre dernier les passagers de l’Ortelius ont pu découvrir une colonie de manchots empereurs.

Lire la suite…

25Avr. 2012

Crash à Resolute


Cape Dorset, dimanche, 15h – Susan revient sans son amie qu’elle devait récupérer à l’avion de 14h45 : black-out total, plus aucun avion ne décolle, le 737 de la First Air s’est « abîmé » à l’atterrissage sur Resolute, mais ils n’en ont pas dit plus à l’aéroport. On allume la télé : c’est presque en boucle que CBC (2), ), passe des photos de l’accident , la trace d’un impact sur le sol minéral et des centaines de morceaux déchiquetés, c’est tout ce qui reste du 737 de la First Air ; et pourtant, bientôt on apprend que sur les quinze personnes que transportait l’avion, trois ont survécu, plus incroyable encore, lorsque les premiers sauveteurs sont arrivés, deux des rescapés marchaient, hagards, au milieu des débris !

Nous logeons dans l’appartement de Susan ; c’est dans l’aéroport, alors que nous nous mettions en quête d’un endroit pour dormir, que Susan est venue au devant de nous.
– Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ?…
– J’organise une « party » demain soir, si vous voulez bien nous faire le plaisir de vous joindre à nous, je suis responsable de l’infirmerie de Cape Dorset, ma maison est facile à trouver, j’habite à l’infirmerie !(3)

– Oui mais nous c’est dès ce soir que l’on cherche un endroit pour dormir !
– Ok, no problem, je vous emmène dans ma voiture !
Tout l’après-midi ce ne sont que des va-et-vient pour commenter le crash : Susan connaît bien sûr ses collègues de Resolute Bay, elles sont en premières lignes pour les secours ; chaque communauté est distante de plusieurs centaines de kilomètres, mais tout le monde se connaît, tous ont un ami, un parent qui était dans l’avion.
Deux jours plus tard, nous sommes à l’aéroport : direction Coral Harbour (4) ; pour y aller, un avion de la First Air, bien moins sophistiqué qu’un 737, qui devra se poser « à vue », si la météo le permet !
Pas la peine de vous faire un dessin, quand il décolle, on entendrait une mouche voler dans l’avion… enfin, presque, car le bruit des moteurs ronflant à pleine puissance recouvre tout !

(2)– Grâce au câble (Iqaluit) et aux satellites, toutes les chaînes du “sud” arrivent au Nunavut :
– CBC, TV5 Monde… arrivent dans beaucoup de foyers : les « realities shows » et les grandes séries américaines, n’ont plus de secret pour les Inuit. Toutes ces chaînes déversent un flot continu de pubs et de sollicitations, totalement inaccessibles à beaucoup d’Inuit bien isolés dans les communautés. Quelles peuvent en être les influences ? La réponse est difficile, mais pas sans conséquences.
– IBC. (Inuit Broadcasting Corporation) émet en inuktitut depuis Iqaluit, tandis que TVNC (Télévision Northern Canada) et APTN (Aboriginal Peoples Télévision Network) sont deux chaînes nationales qui s’adressent plus particulièrement aux autochtones du Grand Nord.

Toutes les chaînes en provenance du « sud », déversent un flot continu de pubs et de sollicitations totalement inaccessibles à beaucoup d’Inuit bien isolés dans les communautés ; quelles peuvent en être les influences ? En tout cas, pas sans conséquences, mais la réponse est difficile.
– Les DVD occupent également une place très importante dans les foyers, la Northern et la Co-op (les deux grandes surfaces que l’on trouve dans chaque communauté), proposent chacune un très grand choix de films en location.

(3)-Les infirmières sont la base du système de santé du Nunavut.
Une statistique datant de l’année 2000, démontre que cette année-là, 16% des enfants du Nunavut avaient rencontré un médecin (67% pour l’ensemble du Canada) alors que 52% avaient rencontré une infirmière (20% pour l’ensemble du Canada).
Actuellement on compte 318 infirmières pouvant exercer au Nunavut, dont seulement une quinzaine est Inuit. Comparé aux années 1990, où on ne comptait qu’une à deux infirmières par communauté (elles sont maintenant une dizaine), c’est une évolution non négligeable, qui reflète en même temps la difficulté qu’ont les Inuit à s’assumer au quotidien (ils doivent, par exemple, passer chaque jour au dispensaire pour une simple prise de médicament).

(4) Comme pour la plupart des communautés (exception pour Iqaluit, Resolute Bay, Rankin Inlet où ils peuvent se poser aux instruments), les avions se posent à vue en fonction de la météo ; en clair, outre les sensations, vous n’êtes jamais certains, tant que vous n’êtes pas posé, d’atterrir où vous le souhaitiez ; et dans ce cas, tous les frais d’hébergement et de repas sont à votre charge !