Le blog de glace – Grand Nord Grand Large

Plus de 30 ans d'aventures polaires

Voyages

19Mai. 2015

Des bords du Baïkal aux rives de la mer du Japon

Aleksei, guide Grand Nord Grand Large, nous confie les secrets et ses coups de cœur sur le voyage « Du Baïkal à la mer du Japon« . Un circuit qui nous fait traverser la grande steppe sibérienne, ses étendues vastes et majestueuses, à bord du mythique Transsibérien.

© Alexey Golovinov - Le Cap Burhan sur le Lac Baikal - Russie

 

Quels sont les particularités du Baïkal et tes coups de cœur ?

Baïkal signifie « la mer sacrée » pour les habitants de ses rives. Le lac Baïkal est le plus profond de la planète (1637 mètres) et contient 20% des eaux douces de la Terre (en état liquide, sans compter les glaciers). Son eau très transparente (42 mètres, 2ème place au monde après la mer de Sargasse) est pure et tout à fait potable, et la population locale la consomme toute l’année sans faire bouillir. Elle est également riche en poissons. Les amateurs de pêche, utilisant différentes techniques (pêche à la mouche, à la cuillère, etc.), peuvent pêcher des poissons comme l’ombre, l’omoul, la lotte, le brochet, la perche, le lenok, etc…
Les paysages du Baïkal sont très beaux et divers : steppes et forêts, déserts et montagnes, plages de sable et belles falaises de marbre. Et une énorme masse d’eau.
La faune et la flore du Baïkal sont riches elles aussi. La nature des berges du lac, protégée par de nombreux parcs naturels et réserves, attire les amateurs d’observation d’animaux et d’oiseaux, tout comme les connaisseurs des fleurs.

Pendant ce voyage, peut-on rencontrer facilement les habitants, quelles sont les spécialités que l’on peut manger sur place ?

Pendant ce voyage, nous sommes logés chez les habitants des berges du lac : fermiers, météorologues, pêcheurs, etc. Lors des balades, il n’est pas rares de croiser les Sibériens et d’échanger grâce au guide-interprète.
Quant aux spécialités locales, on fait la connaissances des cuisines russes et bouriates. Lors du séjour sur le lac, on dégustera l’omoul – « pain du Baïkal ». Lors de l’un des arrêts du Transsibérien, sur le quai, on achètera des œufs de saumon et du saumon fumé, que l’on mangera ensemble dans le wagon. A Vladivostok, il est possible d’acheter de nombreux fruits de mer et goûter le fameux crabe de Kamtchatka.

© Irina Baranova - Le temple Datsan d Ivolguinsk près de Oulan-Oude - Russie

Où va-t-on dormir ?

Sur les bords du Baïkal, nous passerons les nuits chez l’habitant, dans les compartiments du Transsibérien et dans l’un des hôtels du centre de Vladivostok.

Les marches sont-elles difficiles ?

Les marches ne sont pas difficiles, mais les balades peuvent durer quelques heures et les terrains sont souvent légèrement accidentés (sur Olkhon). A Vladivostok, les visites de la ville et les balades se font à pied. La ville est légèrement vallonnée.

A bord du Transsibérien, qui peut-on rencontrer ? Et peut-on descendre du train lors des arrêts dans les gares ?

A bord du Transsibérien, nous sommes dans des compartiments 4 places (2 places avec supplément). Nous passons notre temps à contempler les paysages, discuter, lire ou jouer. Tous les jours, le train fait quelques arrêts suffisamment longs (10 à 30 minutes) pour que l’on puisse descendre, se balader sur le quai, découvrir la gare, faire des achats dans des kiosques près de la gare ou sur le quai. Une ou deux fois durant le trajet, nous mangerons dans le wagon-restaurant.

© Irina Baranova - Coucher de soleil sur Lac Baikal - Russie

07Mai. 2015

Partir sur une croisière dans les îles Anglo-Normandes

© Pierre  - Aztec Lady - Iles Anglo-Normandes

Vous souhaitez découvrir les îles Anglo-Normandes, vivre plusieurs journées à bord d’un voilier, changer de port ou de mouillage tous les jours, randonner à terre, participer aux manœuvres ? Bienvenue à bord ! Nous avons interviewé Pierre, skipper de l’Aztec Lady, afin de tout savoir sur une croisière dans les îles Anglo-Normandes.
Lire la suite…

16Avr. 2015

L’Antarctique avec Fred Buyle, champion du monde d’apnée

© Fred Buyle/Courtesy of Somewhere Club - Phoque léopard - Antarctique

Fred Buyle est un ancien champion du monde d’apnée, devenu photographe sous-marin, qui est très impliqué dans la protection des océans. A travers ses images de grands animaux marins interagissants avec des apnéistes et sa collaboration avec les scientifiques sur des missions de marquage de requins ou de recherches acoustiques sur les cétacés, Fred Buyle donne à la plongée en apnée une dimension universelle. Lire la suite…

07Avr. 2015

Jour 1, un joli documentaire sur le voyage au Spitzberg

© Dominique Albouy - Randonnée à ski - voyage au Spitzberg

Sophie Planque est la réalisatrice du sublime documentaire Jour 1 de 30 minutes, raconté à la manière carnet de voyage. Partie il y a un an sur notre voyage au Spitzberg « Sur les traces de l’ours » , elle en est revenue avec des heures d’images inédites. Aujourd’hui, alors que le premier groupe de la saison amorce le jour 1 de ce même voyage, Sophie partage son expérience à travers ce documentaire.
Lire la suite…

30Mar. 2015

33 jours de navigation à bord d’Ortelius

© Elisabeth Oberli - Antarctique - Ortelus

33 jours de navigation le long du continent Antarctique par la mer de Ross, d’Amundsen et de Bellingshausen, dans des endroits où peu de bateaux se rendent compte tenu de la distance à parcourir, du froid et des conditions de navigation qui peuvent être difficiles. Et bien nous l’avons fait avec l’Ortelius.

Lire la suite…

26Mar. 2015

David Pierson, guide kayak au Spitzberg

David Pierson, guide kayak pour Grand Nord Grand Large explore les fjords et navigue à la recherche de la faune arctique. Il raconte son expérience au Spitzberg dans un article pour le blog de glace :
©David Pierson - Spitzberg
« Après huit saisons estivales au Spitzberg, les choses s’abordent de façon différente ; et pourtant à chaque fois, la sensation d’ivresse reste la même. Bien sûr, l’étonnement et la surprise ont presque disparu tels qu’ils existaient au début. Mais heureusement je suis toujours capable de m’émerveiller de ce que je peux vivre, voir, et surtout ressentir au Spitzberg ! Ces sensations magiques pourront surgir à n’importe quel moment. La surprise a simplement changé de nature. J’ignore quand, comment, par qui ou par quoi, mais elle sera fidèle au rendez-vous 🙂
Lire la suite…

13Mar. 2015

La Mongolie, la Sibérie et le Tibet au cinéma le 25 mars

photo-entete-3

Mongolie et Russie, deux destinations où la nature se déploie en grand format, où les splendides panoramas à 360° font tourner les têtes ! Nous vous avons sélectionné 3 voyages pour explorer ces contrées magiques.
Lire la suite…

05Mar. 2015

La Géorgie du Sud, encore mal connue du grand public

© Marie Fouracrd - Géorgie du sud

La Géorgie du sud fait partie des destinations que la littérature a largement contribué à rendre mythique. Mal connue du grand public cette île a le charme de toutes celles qui sont difficiles d’accès, qui se mérite, ne s’offre pas facilement. Pour mieux connaître cette île, nous avons rencontré Marie, responsable des croisières chez Grand Nord Grand Large, et lui avons posé quelques questions.
Lire la suite…

02Mar. 2015

Une passion dédiée aux baleines

© MICS Richard Sears-Baleine au large de l'île Pico - Açores - Portugal

Richard, biologiste spécialiste des cétacés, encadre nos voyages « Dans le sillage des baleines bleues » et « Chercheur en Basse-Côte-Nord« . Il a accepté de répondre à nos questions et partager sa passion pour les baleines.

Richard, peux-tu te présenter et nous décrire tes activités avec le MICS ?

Dr Richard Sears,  Bonaventure Island  , Quebec in the Gulf of St lawrence.Je suis le fondateur et directeur de la station de recherche des îles Mingan qui a été fondée en 1979. Je suis biologiste franco/américain. Ma passion c’est d’être en mer et plonger sous la surface, pour voir. Notre recherche est dédiée à l’histoire naturelle des rorquals, avec une emphase sur le rorqual bleu. Il y a plus de 20 ans j ‘ai travaillé sur d’autres espèces aux Açores et j’ai découvert que des baleines bleues passaient de temps en temps en mars, avril et mai. Et nous avons maintenant plus de 450 baleines bleues identifiées par photo de pigmentation dans l’océan Atlantique nord-est.
Lire la suite…

18Fév. 2015

Cap Horn, navigation australe

© Marie Foucard - Cap Horn

Le Horn ! Autrefois l’apanage des grands clippers puis des tourdumondistes les plus chevronnés, ce rocher consacrait les marins les plus aguerris. Cap-hornier, un rêve aujourd’hui à la portée de tout un chacun, grâce à une flottille de voiliers basés en Terre de Feu. Lire la suite…